Ce blog évolue. Des aventures de Yuka, il se fera bientôt l’écho des pérégrinations de Yuka et de Ki

Ce blog évolue. Des aventures de Yuka, il se fera bientôt l’écho des pérégrinations de Yuka et de Ki
Savez-vous pourquoi il ne faut jamais distraire un chien-guide au travail ? Nous allons bientôt vous expliquer pourquoi…et ajouter une photo-description. Illustration faite par Chloé Roten, étudiante au Ceruleum, à Lausanne. Son Instagram : @chloe.illustree

📬 Pour nous écrire

mardi 27 décembre 2022

Quand un chien-guide helvète s’offre des vacances balnéaires en Crète

Mes bien chères sœurs, mes bien chers frères,

Cela fait quelques mois que je ne vous ai pas donné de nouvelles. Ce n'est pas parce que je n'ai rien partagé depuis cet été que j'ai inactive ! 

Je suis même loin d'avoir chômé. Plusieurs articles sont en friche et je prépare un changement dans ce blog durant le 1er trimestre 2023. Mais je n'en dirai pas plus, patience 😄. 

Le printemps dernier, Talaria la philhellène a dit à David qu'elle avait l'ennui de la Grèce «Et si nous retournions à Matala, au Sud de la Crète ?».

Mes humains y étaient allés en 2011. Dans ses lointains souvenirs, elle s'est dit que la petite plage où ils allaient à l'époque serait idéale pour que je puisse faire trempette avec elle.

Je saute dans la mer de Lybie pour rejoindre Talaria. À droite, nous apercevons les célèbres grottes de Matala

Elle a vérifié si l'hôtel où ils étaient allés était toujours ouvert. Et c'était le cas.

Il faut dire que les 3 derniers étés, nous n'avons voyagé qu'en Suisse. Pour me baigner, j'ai dû me contenter de la Perle du Lac, au bord du lac Léman. La plupart du temps, je mettais mes pattes dans l'eau, et je sortais, quasiment sans nager. Elle se demandait si, au bord de la mer, je serai plus encline à nager et à reprendre mon rituel qui consiste à la rejoindre dans l'eau, faire un tour autour d'elle et retourner sur le sable. 

Il ne restait plus qu'à retenir les dates à une période où il ne fait pas trop chaud pour que je puisse profiter de la playa sans me brûler les coussinets. C'est ainsi que nous sommes partis du 7 au 14 septembre. 

Nous avons fait notre vol Genève – Héraklion avec easyJet.

En cabine, je suis aux pieds de Talaria. Elle a passé la boucle de la courroie rouge qui sert normalement à fixer les berceaux dans la poignée de mon harnais qui porte, pour la circonstance, la mention «σκύλος οδηγός» [skylos ozygos] = chien-guide à la place de l'inscription en français.

Il faisait encore assez chaud à Matala, nous avions environ 30° l'après-midi, parfois un peu plus. Aussi, nous nous baignions le matin et nous rentrions à l'hôtel tout proche en début d'après-midi, juste après le dîner dans une Taverne en bord de plage. 

À l'hôtel Nikos, nous avions un balcon qui donnait sur une grande terrasse à l'abri d'une végétation luxuriante. Cela nous apportait de la fraîcheur et nous n'avions aucune conscience de la température hors de l'hôtel.

La vue de notre balcon sous la terrasse verdoyante de l'Hôtel Nikos

Concernant la plage, elle était vraiment top pour moi. Le pari de Talaria était juste : j'ai bien plus nagé dans la mer que je ne le fais dans le lac.


C'était difficile pour Talaria de choisir un film parmi ceux que David a fait. Comme souvent, après m'être élancée, je suis revenue en arrière avant de repartir rejoindre Talaria. Je faisais des aller-retour sans déranger les gens. Pas une seule personne ne s'est plainte de ma présence sur la plage et dans l'eau. Ils sont cool, les Grecs ! 

À l'entrée de la plage, il y avait un grand panneau en grec et en anglais sur lequel il y a la photo d'un carlin noir qui porte des lunettes de soleil et tire la langue.


Il y est écrit que nous, les chiens, avons le droit de venir à la plage à condition d'être accompagnés de notre propriétaire qui nous garde près de lui, à la laisse, que nous soyons vaccinés, ayons une puce électronique et que notre humain ramasse immédiatement nos déjections si nous faisons nos besoins sur la plage. Il est en outre précisé que nous n'avons pas l'autorisation de nager si nous dérangeons les autres nageurs. Enfin, notre propriétaire doit pouvoir mettre notre passeport à la disposition des autorités de contrôle sur demande. 

Normal quoi ! 

À chacune de ses vacances en Grèce, ma Talaria pratiquait son grec qu'elle tentait d'améliorer. Elle arrivait très hésitante, car elle avait tout le temps d'oublier le vocabulaire qu'elle avait appris lors de ses séjours faute de pratiquer la langue de retour à Genève. 

Cette fois, elle a anticipé. Elle s'est inscrite sur Preply. Preply est une interface qui permet d'étudier de très nombreuses langues avec des enseignants dont c'est la langue maternelle. Chaque prof a une vidéo de présentation et partage des infos sur son parcours. Il indique ses tarifs, et met son agenda en ligne sur lequel il est possible de déterminer la durée et la fréquence des cours. Il est possible d'avoir un essai gratuit (il faut payer à l'avance mais il est possible de se faire rembourser en cas de non satisfaction). L'application permet d'être seul à seul, dans une classe virtuelle. Pour ceux que ça intéresse, vous pourrez profiter de 70% sur un cours d'essai si le lien que j'ai mis fonctionne. 

Parmi les nombreux enseignants, Talaria a choisi Maria, une jeune enseignante qui a fait des études de philologie à l'Université d'Athènes et qui enseigne également le grec ancien. Elle a fixé 2 à 3 cours de 45 minutes par semaine, dès le mois de juin. 

Comme elle est seule à seule en ligne avec Maria, cette dernière peut s'adapter aux besoins de Talaria. Par exemple, elles ont écrit des e-mails à l'hôtel. Le cours suivant Talaria lisait la réponse à haute voix  et elles le traduisaient ensemble. Elles ont écrit à un vétérinaire du coin pour savoir s'il y avait des risques que je me fasse piquer par des méduses, et le cas échéant, ce qu'il faudrait me donner. Un vétérinaire qui travaille dans la région doit connaître les méduses du coin s'il avait eu à traiter des congénères. 

Grâce à ces 3 mois de cours, Talaria était bien plus à l'aise que les autres fois pour parler avec les autochtones. Plus à l'aise pour se faire comprendre : pas toujours, foi de Yuka ! 

Elle se servait de l'application DeepL lorsqu'il lui manquait du vocabulaire. C'est ainsi qu'un jour, à la Taverne Zorba... elle a fait pleurer de rire le jeune qui les a servi. Je vous promets, il a eu de la peine à reprendre son sérieux. Elle voulait se commander son petit déj' : une omelette. Ses omelettes, elle les aime bien baveuses. Sauf qu'elle ne ne savait pas le dire. Elle a questionné son application puis commandé avec le sérieux qui la caractérise : «μια ομελέτα ατημέλητα» juste avant que le gars explose de rire. Il n'arrivait pas à lui expliqué ce qu'elle avait dit de si drôle. Elle a demandé à ses amis grecs avec qui elle est en contact sur Facebook de le lui expliquer. Mon humaine a donc demandé... une omelette négligée !!! Ma foi, ça l'a bien fait rire, elle aussi ! Elle le saura pour la prochaine fois, elle utilisera l'adjectif αφράτα.

                                             David tout souriant à la Taverne Zorba


Je vous laisse avec le va-et-vient des vagues de la mer de Lybie et la vue de Matala by night.



Vue de la plage de Matala by night de la fenêtre de notre restaurant

Yuka & Talaria 💞 Merci de votre visite. N'hésitez pas à liker, à partager, à commenter. Votre avis m'intéresse ! À bientôt pour des prochaines aventures 🐾👣

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sélection du message

📌