Sélection du message

📌🔆Bienvenue ! Ce message d'accueil est pour vous❣️

que vous soyez nouveau sur ce blog,  que vous soyez malvoyants pour votre confort de lecture  🅰️ ,  que vous débarquiez de mon ancien blog...

📬 Pour nous écrire

dimanche 13 octobre 2019

La grammaire inclusive mon œil (c'est bien le cas de le dire)

Merci à l'Odieux Connard pour son article L’ÉCRITURE PAS TRÈS INCLUSIVE (cliquer) d'où provient cette illustration de la célèbre gravure représentant une soirée à Nuit Debout. Photodescrition (ce que j'arrive à voir) : Trois hommes sont en arrière plan, un autre s'affale sur celui du milieu. Couché devant eux, un homme qui semble tenir une épée. L'homme de droite dit : «La·es ami·e·s vous pouvez être fie·è·r·e·s de vous...». Celui de droite répond : «HO NON, MAURICE FAIT UN AVC !» Dessous, c'est écrit Non, c'est de l'inclusif.


⚠️ Avertissement ⚠️


Comme c'est devenu une habitude dans ce blog, bien que le sujet soit d'importance et sorte du domaine des chiens-guides – mais pas de la déficience visuelle –, une partie de cet article «donnera la parole» à Yuka. Je vais tâcher d'attirer l'attention de ceux qui pensent bien faire en écrivant à la sauce de la grammaire soi-disant inclusive. 

Sous prétexte de vouloir représenter tout le monde, et théoriquement d'inclure tous les humains, cette grammaire exclut, comme je vais œuvrer à vous le démontrer. Trop d'inclusif tue l'inclusif !

Si vous pensez qu'écrire avec la grammaire inclusive est important, je vous lance un défi : ne cliquez pas immédiatement pour poursuivre cette lecture mais déclenchez d'abord la vidéo. Puis... pour bien jouer le jeu, fermez les yeux. Vous m'en direz des nouvelles. Ensuite seulement je vous invite à me lire.