Sélection du message

📌🔆Bienvenue ! Ce message d'accueil est pour vous❣️

que vous soyez nouveau sur ce blog,  que vous soyez malvoyants pour votre confort de lecture  🅰️ ,  que vous débarquiez de mon ancien blog...

📬 Pour nous écrire

lundi 23 mai 2016

Karine et ses guides 🇺🇸 🇨🇦 : 1 Les démarches

Mes bien chères sœurs, mes bien chers frères,


Jusqu'ici, les détentrices interviewées pour mes reportages provenaient toutes du Vieux Continent.

J'ai décidé d'étendre mes reportages au Nouveau Monde où j'ai entendu parler d'une trentenaire, Karine, résidant au Québec, qui a une solide expérience puisqu'elle a obtenu son premier chien-guide à l'âge de 13 ans. 



Karin avec Miss America à Lincoln Center lors de sa classe de remise à la Guide Dog Fondation for the blind à New-York. Elles sont de dos, toutes les deux, avec des building sur le côté en en face


Comme toujours, ils ont une belle longueur d'avance outre-Atlantique puisque ce n'est qu'assez récemment que ma fac a placé des collègues chez des emloyeurs mineurs dont la limite d'âge a été fixée à 14 ans. Voici un beau reportage à la TV suisse romande (RTS) au sujet de Mathieu et Saphir à Moutier (dans le canton de Berne).









Chez nous donc, les contemporains de Karine ont tous dû attendre leur majorité pour pouvoir enfin bénéficier de l'aide d'un copain guide. 


Karine a fait partie des premiers heureux teenagers bénéficiaires d'un ange à 4 pattes.


Karine a reçu récemment son sixième guide. Les 5 premiers sont tous issus de Mira, une fac québécoise. Mais cette fois-ci, c'est aux States, à GDF (Guide Dog Foundation for the Blind) à New-York, qu'elle a recruté son sixième employé à quatre pattes. 


Reportage :


Là-bas, les remises se déroulent directement sur le campus de la GDF, en résidentiel, lors de classes au cours desquelles plusieurs DV découvrent ensemble qui a été retenu pour eux et apprennent à se déplacer en toute sécurité avec leur chien fraîchement diplômé. 

Karine, à l'enthousiasme contagieux, a réalisé plusieurs films pour les membres du groupe «Un regard pour Deux». 

J'ai attendu son retour au Québec pour réaliser une interview de sa dernière recrue que Karine surnomme affectueusement : «Miss America». 

Interview de Miss America 🇺🇸


Yuka : Allô le Québec, j'aurais l'goût d'parler à Miss America. C'est-tu possible ? (Héhé, on me la fait pas à moi, j’ai des amies québécoises ! Tu sais-tu ? Je parle couramment français suisse, français français, français belge, français AAAAfricain, français québécois. E l'italiano, ma chè !)

MA (Miss America) : What? I don't understand... Yes... hem, oui, I'm Miss America!

Terroriste : Tasse-toi la noireaude, j'vais m'en occuper moi ! (NDLR1 façon aimable, vous l'aurez compris, en québécois, de quémander un peu de place).

Yuka : vous êtes ?

Terroriste : Gente dame, je vous retourne la question ! Après tout, ce n’est pas moi qui appelle ! Soit, parce que je suis super gentil, je me présente. Le Terroriste, maître de la maison.

Yuka : Terroriste ? Tiens amusant comme prénom. Serait-ce votre école qui vous en aurait affublé ? Leur humour me paraît quelque peu particulier. Êtes vous le chien-guide récemment retraité de Karine ?

Terroriste : Plaît-il ? Moi ? un chien ? Mais vous n'êtes pas bien dites-moi ! Ce n’est pas comme si je ne vous avais pas informée être le maître de la maison ! Me confondre, moi, avec du personnel de personnel, c’est un monde !

J'suis le chat, ça devrait être évident 

Terroriste, un chartreux, installé, indolent, sur son arbre à chat
                  Terroriste, un chartreux, installé, indolent, sur son arbre à chat
Une tête de chat surgissant de gauche dont nous ne percevons que la partie allant des yeux aux pointes des oreilles. Au dessous, un texte en deux lignes : «Les chiens ont des propriétaires, les chats ont du personnel». Pour ton info, Miss America : «A dog has a master. A cat has staff».
Une tête de chat surgissant de gauche dont nous ne percevons que la partie allant des yeux aux pointes des oreilles. Au dessous, un texte en deux lignes : «Les chiens ont des propriétaires, les chats ont du personnel». Pour ton info, Miss America : «A dog has a master. A cat has staff».
Yuka : Oh, pardon, votre Seigneurie ! Autant pour moi, j'aurais dû le réaliser plus vite : tu as la grosse tête, tu te la pètes, donc tu es un chat. J’en subis deux à la maison, je suis à bonne école !


Terroriste : Parce qu’eux ne sont pas forcés de t'endurer, je suppose ? Mais bon, j'imagine que t'as pas appelé ici pour échanger des réparties intelligentes. De toute façon, nous savons déjà tous qui a la supériorité !



Yuka : oh excusez moi de vous demander pardon, le chat, mais... vous êtes diplômés de quelle fac ? Aucune ? C'est bien ce qui me semblait. Alors... camembert ! 



Cela étant, vous marquez un point, je n’appelais pas pour échanger ce genre de gracieuseté ! Je voulais interviewer Miss America sur sa mission auprès de Karine, ta maîtresse. Enfin… ta servante pour coller à tes délires de grandeurs. 

Terroriste : au cas où cela ne serait pas encore parvenu à ton cerveau, Miss America s'exprime dans la langue de ton Panther de paternel !

Yuka : ah parce que toi tu maîtrises l'anglais ?

Terroriste : Moi, je maîtrise tout, tu sauras. Bien sûr que je maîtrise l'anglais. Tu veux-tu profiter de ma science ?

Yuka : Si tes capacités d'interprétation et ton honnêteté intellectuelle sont à la hauteur de ta vantardise, peut-être feras-tu l'affaire après tout ! Ok tentons un essai ! 

Je me suis laissé dire que Miss America était le sixième chien-guide de Karine et que c'est de la GDF qu'elle est issue »



Pourrais-tu m'expliquer les raisons qui ont motivé ce changement d'école qui a répondu favorablement à sa demande ?

Terroriste interprète auto-déclaré de MA : Mon humaine est asthmatique et les poils d'animaux l'incommodent. C'est d'ailleurs pourquoi son dernier guide était un caniche. Lorsqu'elle a dû prendre sa retraite prématurément, la Fondation Mira avait prit la décision de ne plus entraîner de caniches. Alors Karine, déterminée à avoir un nouveau chien pour la servir, a fait des recherches afin de trouver d'autres écoles qui pourraient lui fournir un caniche-guide (NDT2: Ce qu'il y a de drôle avec un caniche, c'est que ça se prend pour un autre et ça fait son fier avec sa coupe de mouton ridicule).

Ses recherches ont été très intéressantes. Utilisant Facebook depuis longtemps, elle a eu l'idée de demander, sur un groupe d'utilisateurs de chiens-guide anglophones nommé Guide Dog Handler's Network (réseau d'utilisateurs de chiens-guide), quelles écoles entraînaient des caniches standards.

Après avoir ciblé plusieures écoles, Karine a écrit à chacune d'entre elles. Elle voulait avoir une idée du temps d'attente pour recevoir un chien et aussi avoir une bonne idée de la philosophie de l'école et des méthodes d'entrainement. Elle a passé des heures à éplucher les sites Internet des différentes écoles et réduit son choix à trois : Les Lions du Canada, Pilot Dogs Inc. et GDF. Elle a donc fait une orgie de paperasse et terminé toutes ses demandes de chien avant Noël 2015.

Yuka : C'est à GDF que la demande de ton humaine a été acceptée. En quoi consistait-elle ? Et... euh si je ne m'abuse, Miss America n'a rien d'un caniche, je sais encore reconnaître une de mes semblables : elle a tout d'une labrador noire ! What is this binz ?





Terroriste interprète auto-déclaré de MA : La demande à GDF se déroule en cinq étapes. Un formulaire informatique accessible à remplir par la personne qui fait la demande où on parle du lieu de résidence, du travail, des loisirs, des moyens de transports utilisés, de ce qu'elle attend de nous, de moi en l'occurence puisque je suis sur la place. Une deuxième partie pour le médecin généraliste, une troisième partie pour le spécialiste en orientation et mobilité qui suit le dossier de la personne, une quatrième à remplir par un ophtalmologiste ou un optométriste qui peut être remplacé par une attestation de cécité totale et une vidéo de 10 minutes dans laquelle l'humain que nous aurons à guider doit monter et descendre un escalier, traverser des rues, présenter les défis de son quartier, son domicile, son lieu de travail et tout autre endroit qui lui semble pertinent. Ils demandent aussi une partie en guide voyant sur laquelle le futur détenteur marche à la vitesse à laquelle il souhaite pouvoir se déplacer sous la guidance de celui qui sera engagé. 



Terroriste, en son nom propre : Pour la suite, tu peux toujours envisager de demander à Miss America. Mais de toute façon, elle ne sait rien, elle. Elle n'était même pas là, mais bien occupée à apprendre sa nouvelle job.


Une fois le tout envoyé, mon humaine, enfin, ma domestique tu auras compris, devait recevoir des nouvelles dans les trois semaines au plus tard. Elle n'était pas peu fière car, ayant bouclé sa demande le 17 décembre 2015, elle a reçu un appel pour une entrevue téléphonique le 22 janvier 2016. En ayant en tête qu'il y avait eu le congé des fêtes entre la réception de sa demande et cet appel, c'était vraiment bien !

Yuka : raconte, je vois que tu en meurs d'envie, ce fameux appel planifié le 22 janvier !

Terroriste : Oui, j'ai été témoin de cet appel (elle a utilisé un bout de mon fauteuil pour s'assoir). L'entraîneur a précisé des points au sujet de son environnement, de ses besoins, de ses attentes et de ses préférences. 

Évidemment, elle voulait un caniche en priorité (je comprends vraiment pas pourquoi parce que l'autre n'arrêtait pas de me tirer par la queue lorsque j'explorais des boîtes de carton vides ! Quelle impolitesse ! J'ai le droit de le faire, non ? Tu ne peux pas comprendre, t'es pas un chat !). 

Le 10 février, elle a reçu la lettre officielle confirmant que sa demande était acceptée et qu'ils allaient tout mettre en œuvre pour lui trouver un chien.

Yuka : Laisse-moi deviner : tu étais là lorsque le facteur a porté la lettre car il a marché sur TON paillasson ! (Tu ne peux pas comprendre, c'est de l'humour, t'es pas un chien et tu te prends trop au sérieux).

Bref, elle a réagi comment, Karine, à la lecture de sa lettre ? Que s'est-il passé ensuite ?

Terroriste : Elle a d'abord reçu la lettre par courriel le 10 même. Elle était contente et aussi curieuse. Elle savait que le temps d'attente était évalué de trois mois à un an. 

Elle espérait avoir son chien autour de fin mai, début juin. Elle voulait l'avoir avant que son chum parte travailler pour l'été. Elle n'avait pas envie de se retrouver seule, sans chien et sans homme alors que son médecin lui avait presque interdit d'utiliser la canne blanche à cause de tendinite aux poignets.

Mais ça, c'était rien. Parce que le 18 mars, Michael, l'homme qui allait devenir son entraîneur, l'appelait pour lui annoncer qu'il préparait sa classe d'avril et qu'il pensait avoir un chien pour elle. Il lui a donc posé d'autres questions pour se confirmer dans ses idées et l'a rappelée quelques fois pour s'enquérir d'autres détails. C'était de plus en plus excitant, la classe d'avril, ça voudrait dire qu'elle aurait un chien bientôt. 

Ce qu'il faut savoir c'est que, lorsqu'on lui a demandé si elle avait des préférences de race. Bien sûr, elle a mentionné le frisé, mais elle a aussi dit qu'elle préférait avoir un chien rapidement. Elle avait en tête ce que lui avait recommandé son médecin et, comme elle avait dit à l'une de ses amies, «ma liberté est plus importante que mes poumons». 

Aussi, quand Michael lui a confirmé que les caniches GDF venaient de naître et qu'elle devrait attendre environ 2 ans si elle tenait à en avoir un, elle a préféré tenter le coup avec un chien à poils. Comme dit son chum, sa patience est légendaire : tout le monde en a entendu parler mais personne l'a encore jamais vue). 

Deux semaines plus tard, elle recevait l'appel du service à la clientèle de l'école, l'invitant officiellement à la classe qui débuterait le 19 avril 2016. À ce moment là, c'est tout un poids qui s'est retiré de ses épaules. Elle s'est mise à pleurer de joie et de soulagement au téléphone. Elle avait l'impression, déjà, que sa liberté lui était revenue. 

Yuka (émue) : Eh faut pas me dire des choses comme ça, le Chartreux, je suis une labard'orette sensible, moi ! 

Terroriste : Les derniers formulaires de santé à remplir sont arrivés, l'entente avec l'école comme quoi elle allait recevoir un chien-guide et la formation qui va avec, les billets d'avion... tout quoi, en prévision du 19 avril 2016.

Bon, c'est bien beau tout ça mais ça fait un bon moment que tu me tiens la patte et moi j'ai une dette de sieste. Présentement, je m'en vais aller me reposer. Si tu insistes vraiment pour connaîter la suite, va falloir que tu me recontactes mais pas avant quelques jours. J'ai ça envie, de retourner à mon oisieveté et des plans à élaborer pour pouvoir maintenir ma réputation de terroriste.




Comment savoir si votre chat essaie de vous tuer ? La palpation : vous pouvez penser qu'il s'agit là d'un signe d’affection, mais votre chat analyse vos organes internes, à la recherche d’une faiblesse / Déplacement de litière excessif : Apres avoir utilisé sa caisse, le chat à besoin de remuer la litière au point d'en mettre un peu partout dans la pièce. Ceci est une technique pour ensevelir les corps / Baston de regard : Si vous vous laissez prendre à ce jeu avec votre chat, ne regardez pas ailleurs. Détourner le regard lui indiquera que vous êtes faible et une attaque risque probablement de s’en suivre / Ramener des animaux morts : Ce n’est pas un cadeau. C'est un avertissement / Manger de l’herbe : À travers ce douloureux procédé de purge, le chat se prépare psychologiquement et physiquement au combat / Se cacher tout en vous observant : votre chat se cachera souvent dans le but de vous éluder dans votre habitat naturel / Dormir sur vos appareils : les hommes ont une technologie supérieure. Votre chat le sait et il essaiera de vous priver de vos moyens de communication vers l’extérieur / S’approcher de votre visage quand vous êtes endormis :  Les chats ne sont pas très bon pour étouffer les gens, mais cela ne les empêchera pas d’essayer.
Comment savoir si votre chat essaie de vous tuer ? La palpation : vous pouvez penser qu'il s'agit là d'un signe d’affection, mais votre chat analyse vos organes internes, à la recherche d’une faiblesse / Déplacement de litière excessif : Apres avoir utilisé sa caisse, le chat à besoin de remuer la litière au point d'en mettre un peu partout dans la pièce. Ceci est une technique pour ensevelir les corps / Baston de regard : Si vous vous laissez prendre à ce jeu avec votre chat, ne regardez pas ailleurs. Détourner le regard lui indiquera que vous êtes faible et une attaque risque probablement de s’en suivre / Ramener des animaux morts : Ce n’est pas un cadeau. C'est un avertissement / Manger de l’herbe : À travers ce douloureux procédé de purge, le chat se prépare psychologiquement et physiquement au combat / Se cacher tout en vous observant : votre chat se cachera souvent dans le but de vous éluder dans votre habitat naturel / Dormir sur vos appareils : les hommes ont une technologie supérieure. Votre chat le sait et il essaiera de vous priver de vos moyens de communication vers l’extérieur / S’approcher de votre visage quand vous êtes endormis : Les chats ne sont pas très bon pour étouffer les gens, mais cela ne les empêchera pas d’essayer.
1Note de la rédaction
2Note du traducteur




Yuka & Talaria 💞 Merci de votre visite. N'hésitez pas à liker, à partager, à commenter. Votre avis m'intéresse ! À bientôt pour des prochaines aventures 🐾👣

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire